l’équipe

L’équipe d’ab ovo se caractérise par les parcours transdisciplinaires et interculturels de ses membres, à la croisée de la pratique, de la recherche et de l’écriture. ab ovo est aussi un nœud de réseau constitué au fil des temps et des expériences par Lucie Combes, Valentine Bonomo et Irene Panzani.

Lucie Combes

Diplômée d’Histoire, d’anglais et de sciences politiques appliquées à la culture (IEE – Paris 8), Lucie Combes a travaillé sur la notion de « musiques du monde » dans une perspective géopolitique et postcoloniale ainsi que sur l’enjeu des minorités et de la participation dans les politiques culturelles en France et au Royaume-Uni. À la fin de ses études elle co-fonde l’association a double sens, conçoit et organise les Rencontres à double sens sur les arts, la participation et l’interaction à la Maison des Métallos en 2010 dont elle rédige les actes. Elle poursuit cette réflexion sur l’art et le politique en travaillant à la conception et mise en œuvre de projets hybrides liés aux territoires notamment au sein de la plateforme européenne Dédale. Elle développe ensuite une activité de conseil autour du montage de projets et d’accompagnement à l’élaboration de stratégies de développement et de dossiers institutionnels pour différentes structures dont le théâtre Liberté et le théâtre Garonne. Elle a également animé des discussions publiques notamment pour le théâtre de la digue sur les questions de culture et innovation. S’intéressant à la relation art et éducation, elle a été chargée de projets pour Citoyenneté Jeunesse, et conçoit aujourd’hui des projets autour de l’écriture avec la revue Papier Machine dont elle est co-éditrice, et mène des ateliers d’initiation à l’environnement urbain par le son avec Les Voix de Traverse. Parallèlement, elle a toujours travaillé comme journaliste culturelle, a notamment collaboré au magazine Mondomix, et contribue régulièrement à la revue Mouvement. Elle parle et écrit l’anglais et l’espagnol, se débrouille en portugais et peut s’en sortir en italien.

Icone_brique_web

Valentine Bonomo

Titulaire d’une licence en Lettres et Arts à l’Université Paris VII – Denis Diderot, Valentine Bonomo réalise un master en Science Politique des Relations Internationales à l’École Doctorale de Sciences Po Paris. Son intérêt pour les processus d’intégration régionaux et de construction identitaire la conduit au Brésil et en Argentine où elle mène une recherche sur la politisation aux seins des mouvements sociaux et plus spécifiquement, de groupes de théâtre communautaire. Engagée comme chargée de projet pour l’association Citoyenneté Jeunesse, elle se passionne pour les enjeux de l’éducation et l’action territoriale et participe à l’élaboration du premier projet européen de la structure en partenariat avec des chercheuses universitaires. Parallèlement, elle accompagne des mémorant·e·s, doctorant·e·s ou chercheur·se·s dans l’écriture d’articles scientifiques.  Plus tard, elle s’installe à Bruxelles où elle a depuis cofondé et développé la revue Papier Machine et s’est formée aux ateliers d’écriture. Elle y mène plusieurs projets autour de l’éducation, l’écriture, l’édition ou la citoyenneté (Halles de Schaerbeek, Kom-post, La Centrale d’Art contemporain, Le Vecteur – Festival Livresse, l’École européenne de Laeken). Elle écrit occasionnellement pour la revue Mouvement et fait partie du comité éditorial du magazine Agir par la Culture. Bilingue français-espagnol, elle parle et écrit l’anglais et le portugais, lit et comprend l’italien, apprend le néerlandais et rêve de parler le turc.

icone_brique_webIrene Panzani

Après une licence en philosophie à l’Université de Pise, elle obtient un master en Médiation : Art et Public à l’Université Paris VIII. Ses principaux centres d’intérêt sont la musique et les arts visuels dont elle questionne les modes de monstration, interrogeant notamment les processus d’exposition itinérante. Elle se passionne également les milieux urbains et leurs transformations. À Paris, elle travaille successivement pour le Musée d’art moderne de la Ville de Paris, des galeries privées et un label de distribution musicale. Dans le même temps, elle réalise ses premiers projets personnels en tant que curatrice de ApParis, portant sur l’art éphémère à Paris, et Ars Retorica, exposition vidéo sur le pouvoir de la parole. En 2014, elle quitte Paris pour la Turquie où elle assiste la curatrice Beral Madra pour la IVe Biennale d’art contemporain de Canakkale. En 2015, elle retrouve sa ville natale Lucca, en Italie où elle travaille désormais en tant que consultante et rédactrice pour des artistes comme le photographe Massimo Vitali (projets éditoriaux, réseaux sociaux), pour les municipalités et chambres de commerce d’Italie (gouvernance et planification stratégique de projets culturels, régénération urbaine, dialogue public/privé). Elle a notamment porté et remportée la candidature de Parme au titre de Capitale Italienne de la Culture 2020, dont elle suit elle suit aujourd’hui le plan opérationnel avec la Fondation Promo A. Elle est également à l’origine avec divers partenaires de la création du Lucca Creative Hub, un projet de régénération urbaine d’une partie de l’ex-Manufacture de tabac de la ville. L’objectif du projet est la création d’un lieu pour la communauté, un espace ouvert pour l’innovation sociale et culturelle, ainsi qu’un co-working pour les entreprises créatives. Elle écrit également pour la revue Mouvement et organise et modère régulièrement des rencontres et formations sur les entreprises créatives, l’innovation culturelle et les métiers de l’art contemporain. Elle maitrise évidemment l’italien, mais aussi le français, l’anglais, et le latin, des fois que.